Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

les dents de lait en 2019

Les premières , ou dents de lait comme on les appelle, sont au nombre de vingt ; elles apparaissent généralement par paires, et celles de la mâchoire inférieure précèdent généralement les dents supérieures correspondantes.

La première dent de lait est généralement coupée vers le sixième ou le septième mois, et la dernière de l’ensemble à différentes périodes du vingtième au trentième mois. Ainsi, toute la période occupée par la première dentition peut être estimée entre un an et demi et deux ans. Le processus varie cependant d’une personne à l’autre, tant en ce qui concerne sa durée totale que les périodes et l’ordre dans lequel les dents font leur apparition. Il n’est toutefois pas nécessaire d’ajouter quelque chose sur ce point.

Leur développement est un processus naturel. Elle est cependant trop souvent rendue douloureuse et difficile, par des erreurs dans la gestion du régime et de la santé du nourrisson, avant la venue des dents, et pendant le processus lui-même.

Ainsi, principalement en conséquence d’une gestion imprudente, elle devient la période la plus critique de l’enfance. Je ne pense pas que l’ampleur de la mortalité qui y est liée soit aussi grande qu’on l’a dit, car elle représente jusqu’à un sixième de tous les enfants qui la subissent. Pourtant, personne ne doute que la première dentition est souvent une période de grand danger pour le nourrisson. Il devient donc très important pour une mère anxieuse et affectueuse de savoir comment les dangers et les difficultés de la pousse des dents peuvent être réduits ou, si possible, complètement évités. Quelques conseils à ce sujet peuvent donc s’avérer utiles. Je considérerai, d’abord, la prise en charge du nourrisson, lorsque la dentition s’effectue sans difficulté ; et, ensuite, la prise en charge du nourrisson, lorsqu’elle est effectuée avec difficulté.

Prise en charge du nourrisson lorsque la poussée des dents se déroule sans difficulté.

Chez l’enfant d’une constitution saine, qui a été correctement nourrie, c’est-à-dire, naturellement, par le lait de sa mère seule, les symptômes de la poussée des dents seront des plus légers, et la prise en charge du nourrisson des plus simples et faciles.

Symptômes :

– Les symptômes de la dentition naturelle (que l’on peut appeler ainsi) sont une augmentation du flux de salive, avec enflure et chaleur des gencives, et parfois des rougeurs des joues. L’enfant enfonce fréquemment ses doigts, ou tout ce qui est à sa portée, dans sa bouche. Sa soif augmente, et il prend le sein plus fréquemment, cependant, de l’état tendre des gencives, pour des périodes plus courtes que d’habitude. Elle est irritable et agitée ; et les crises soudaines de pleurs et occasionnelles à partir du sommeil, avec une légère tendance aux vomissements, et même le relâchement des intestins, ne sont pas rares. Beaucoup de ces symptômes précèdent souvent l’apparition de la dent de plusieurs semaines et indiquent que ce qu’on appelle “l’élevage des dents” est en cours. Dans de tels cas, les symptômes disparaissent en quelques jours et réapparaissent lorsque la dent approche de la surface de la gencive.

Traitement :

– La prise en charge du nourrisson dans ce cas est très simple, et fait rarement appel à l’intervention de l’assistant médical. L’enfant doit être beaucoup à l’air libre, et bien exercé : les intestins doivent être gardés ouverts librement avec de l’huile de ricin ; et être toujours doucement détendus à ce moment-là. Éponges froides utilisées quotidiennement, et la surface du corps frottée à sec avec une flanelle aussi rugueuse que la peau délicate de l’enfant le supportera ; la friction étant très utile. Le sein doit être donné souvent, mais pas longtemps à la fois ; la soif sera ainsi apaisée, les gencives maintenues humides et détendues, et leur irritation apaisée, sans que l’estomac soit surchargé. La mère doit aussi prendre soin de sa santé et de son régime alimentaire, et éviter tout aliment ou boisson stimulant.

Dès le début de la dentition, la pression sur les gencives sera jugée agréable pour l’enfant, en engourdissant la sensibilité et en atténuant la douleur. Pour ce faire, on utilise généralement du corail ou un morceau de racine d’oris ou une racine de réglisse grattée, mais un anneau plat en ivoire est beaucoup plus sûr et meilleur, car il n’y a aucun risque qu’il soit projeté dans les yeux ou dans le nez. La friction douce des gencives, aussi, par le doigt de l’infirmière, est agréable au nourrisson ; et, comme elle semble avoir un certain effet dans l’apaisement de l’irritation, on peut souvent y recourir. En France, il est très courant de tremper la racine de réglisse et d’autres substances dans du miel ou de la canne à sucre en poudre ; et en Allemagne, un petit sac contenant un mélange de sucre et d’épices est donné au nourrisson pour qu’il tète, quand il est anxieux et mal à l’aise pendant la poussée dentaire. L’utilisation constante d’ingrédients sucrés et stimulants doit toutefois causer des blessures à l’estomac et rendre leur emploi très répréhensible.